FORMATIONS‎ > ‎Formations ANV‎ > ‎

Aider à l'intervention d'un hélicoptère d'assistance

(Source : http://www.ffme.fr/uploads/federation/secours-montagne/approche-helicoptere.pdf
              attention, ce genre de copier-coller suppose l'autorisation expresse du site auteur)


Règles de conduite individuelle pour aider à l'intervention de l'hélicoptère d'assistance.

A L'APPROCHE DE L’HÉLICOPTÈRE  

A l’arrivée des secours: 
Il faut savoir attendre les secours qui peuvent être longs à venir.

Signalez clairement que vous avez besoin de secours: Mettez un vêtement visible, rouge ou 
blanc si possible, restez immobile, dos au vent, debout les deux bras ostensiblement  en Y au 
dessus du corps. Évitez d’agiter les bras comme l’on fait avant vous tous les promeneurs qui 
ont aimablement salué l’hélicoptère qui cherchait à localiser le blessé. 
Carré rouge et blanc d’alerte : s’envole avec le vent du rotor ! 

SIGNAUX DE DÉTRESSE


On sera particulièrement attentif au port du casque lors de l’arrivée des secours terrestres ou 
héliportés, dont les manœuvres d’approches risquent de décrocher des pierres. 

L’appareil a besoin d’une zone dégagée de 30m x 30m environ, sans obstacle de plus 
de 30cm de haut, si possible axe dégagé des lignes, câbles, arbres, pylône et situé plutôt en 
hauteur que dans une cuvette. Débarrassée de tout objet pouvant s’envoler, vêtements, 
casquettes, sacs, couverture de survie etc.… 
Damez la zone avec les raquettes (ou les skis) en la faisant la plus grande possible. Le damage 
évitera de soulever un nuage trop important de neige qui a pour conséquence de limiter les 
points de repère du pilote. De plus ce travail occupera le groupe et évitera l'affolement ou 
l'inquiétude. Vous pouvez aussi baliser la DZ avec un ou deux sacs bien encrés avec un piolet. 
Le sac servira de repère au pilote. Dans tous les cas, être très vigilant en vérifiant que dans 
une zone d'environ 50 mètres de rayon, aucun objet ne puisse voler et perturber les rotors de 
l'hélicoptère. 
Vous signalerez la direction du vent en vous plaçant vent dans le dos, immobile.  
Quand il vous aura repéré, le pilote pourra choisir une autre zone de posé, plus appropriée : ne 
vous déplacez pas pour le rejoindre, restez immobile. Parfois même l’appareil pourra 
s’éloigner quelques minutes pour aller déposer matériel et sauveteurs sur une zone plus 
sécurisée et revenir vers vous ensuite.  
Attention le souffle du rotor pourra vous déséquilibrer, pensez à vous assurer en terrain 
accidenté. 

Si le pilote vous utilise comme point fixe de repère ne bougez pas !  
Accroupissez-vous à son arrivée malgré le vent , la neige qui vole, le bruit. 
Quand il sera posé vous ne devez bouger en direction de l’hélicoptère que après avoir 
reçu l’AUTORISATION explicite du pilote (pouce levé en général) 
On aborde un hélicoptère toujours par l’AVANT en restant en visuel de l’équipage. 
La zone arrière est interdite, DANGER MORTEL du rotor de queue qui tourne à 
grande vitesse à hauteur d’homme est il est invisible.

NE JAMAIS APPROCHER COTE AMONT D’UN TERRAIN EN PENTE.
Sous le rotor, le déplacement doit se faire accroupi, tête nue ou casque attaché. Ne jamais 
lancer d’objet vers l’appareil. Transporter les objets longs, piolets skis, sondes sous la taille en 
prenant soin de bien les tenir. Garder les sacs à la main et non sur le dos. 
Attendre que les patins (ou le câble si treuillage) aient touché le sol afin de décharger 
l’électricité statique accumulée par la machine en vol. 

Autour de l’hélicoptère  
Dans cette ambiance bruyante, et chargée d’émotion éviter toute précipitation. 
La sécurité du groupe et du (ou des) blessé doit être assurée. Ne laisser qu'une personne à 
proximité du blessé pour le rassurer et le surveiller. Vérifier qu'à l'arrivée de l'hélicoptère 
aucun objet autour du blessé ne pourra s'envoler en particulier la couverture de survie, bonnet, 
gants, etc… Le protéger des projections de neige. Le reste du groupe doit être regroupé à 100 
ou 200 mètres du blessé en éliminant tous objets ou vêtements pouvant s'envoler tout en 
restant à vue de l'équipage. A noter que les bâtons de ski sont légers. Il conviendra de les 
bloquer sous les sacs. A l'arrivée de l'hélicoptère, aucun membre du groupe ne doit bouger 
pendant toute l'opération d'évacuation sauf si les secouristes demandent une participation pour 
le transport. Dans ce cas, se conformer scrupuleusement à leurs directives. Si certaines 
personnes valides du groupe sont fatiguées ou traumatisées, le signaler au "leader" du groupe 
qui en avisera les secouristes et le médecin. Il faut aussi rappeler que l'hélicoptère n'est pas un 
transport public. Il ne sert qu'à l'évacuation des blessés et éventuellement de leur sac. Ne pas 
envisager un baptême de l'air par ce moyen. 

Dans l’appareil se conformer aux ordres du mécanicien treuilliste. Ne toucher aucune 
manette, porte ou fenêtre. Ne pas taper sur l’épaule du pilote, vous aurez le loisir de le 
remercier plus tard, une fois posés au sol ! 
Garder son calme et son sang froid en faisant une absolue confiance à l'équipage et aux 
secouristes. Ce sont des professionnels compétents connaissant parfaitement leur métier ;  
Si pour une raison quelconque vous vous trouvez à l'avant, ne toucher à aucune commande ou 
bouton de quelque nature que ce soit ;  
Ne rien mettre sur les siéges avant et respecter les ordres et indications de l'équipage ;  
Ne pas gêner le pilote par des gestes inconsidérés ou des cris ;  
Ne se déplacer de sa place que sur ordre de l'équipage ;  
Ne pas toucher à l'ouverture des portes. Seul le mécanicien ou un secouriste doit le faire ;  
D'une manière générale, se conformer strictement aux indications qui vous sont données. Il ne 
vous appartient pas de prendre des initiatives.  

Au débarquement, la plus grande vigilance est encore de mise: 
Attendre l’arrêt complet du rotor pour descendre et attendre d’y être invité par l’équipage ou 
les secouristes. Sortir calmement et sans précipitation. Rester accroupi au pied de 
l’hélicoptère en tenant le matériel plaqué au sol.  Ne pas bouger jusqu’au décollage de 
l’appareil s’il doit repartir.
Comments