WE en Maurienne au Refuge d'Ambin

publié le 15 juin 2017 à 03:17 par Bernard Drouere   [ mis à jour : 21 sept. 2017 à 07:36 ]

Pierre, qui n’aime pas ranger (… ses skis), a proposé cette ultime (?) randonnée au refuge d’Ambin en Maurienne, profitant du pont de l’Ascension, presque aussi long que le viaduc de Millau. Peu de volontaires disponibles, le pont étant déjà largement encombré par les projets familiaux (… d’ailleurs ça bouchonne dur le jeudi dans la montée au tunnel du Fréjus, qu’heureusement nous n’empruntons pas).

Marie-Pierre, seule, se laisse tenter par une idée que d’aucuns peut-être ont jugée saugrenue en ces temps de réchauffement climatique : quoi ? du ski encore … presque en juin ?

Oui ! car Ambin, ça conserve … et avec la perspective de quatre belles journées ensoleillées et trois courses de quelques 1000 m de dénivelée, dans un recoin sauvage (quoique pas désert) de Savoie, ce sont donc 3000 m de glissades artistiques sur les pentes encore bien blanches réalisées en trois descentes … même si l’on doit conclure le séjour dans le vert, car en dessous de l’altitude de 2000 m, c’était joliment fleuri.

Le refuge d’Ambin est donc ouvert*, où nous accueillent Clara et son amie ligérienne venue l’épauler pour le WE, car il y a du passage quand même (d’autres fous, à skis ou à raquettes). Nous avions réservé pour deux jours … et finalement resterons trois. Clara montrera toute sa souplesse pour s’adapter, d’autant que d’autres visiteurs arrivent sans avoir confirmé leur venue ! Bravo Clara.
Un confort rustique en ce printemps car le captage n’est pas rétabli : toilette au torrent (le robinet d’eau chaude est out), corvée d’eau si possible requise. Mais nous y échappons grâce aux jeunes stagiaires du CAF, à nos gardiennes et à quelques épicuriens demeurés la journée au refuge (pour un repos réparateur après une nuit … digne d’un refuge) qui y ont pourvu pour nous. Merci !
Que dire enfin de la soupe de lentilles, du carry réunionnais, de canard à l’orange de derrière les fagots, du moelleux au chocolat accompagné de crème vanille … miam ! Un objectif en soi.
Les rencontres aussi avec d’autres "mordus", et le guide de Bramans, Baptiste Damevin**, qui nous livre quelques secrets sur les itinéraires du coin. Nous en ferons bon usage.

Ah ! les courses ? …. Oui, j’allais oublier. Oh ! pas grand-chose à dire, si ce n’est que, par météo caniculaire, mieux vaut bien les choisir en tenant compte de l’exposition. Ça chauffe vite par exemple sur le glacier d’Ambin … mais nous y sommes passés ! en faisant bien couler la neige (… ou la flotte ?) Ou bien cette corniche, Pierre, au Petit Vallon, que tu as franchi en rampant, et avec les dents, parce que plus rien ne tenait sous tes skis … ah, t’étais bien "vidé" après tes acrobaties ! Bref : choisir de préférence des expositions Ouest et ne pas finir trop après midi, sauf à se convertir au ski nautique. Mais Jean, que la montagne est belle, le matin, au printemps, en chansons et à skis. Je laisse les images parler !

Merci à Marie-Pierre d’avoir consenti à partager cette douce folie ! à refaire … comme chaque année.

Pierre

* Refuge d’Ambin (C.A.F.) :
 06 30 92 60 53 (Myrtille Camus) / 06 12 73 21 31 (Clara Rodrigues) / ou 04 79 20 35 00
   http://refugedambin.ffcam.fr/   

** Baptiste Damevin :  www.montagnart.fr