• Post last modified:14 janvier 2022

Ces formations qui se sont déroulées sur trois séances les 18 décembre, 30 décembre et 8 Janvier en Chartreuse, ont permis à 65 skieurs de randonnée « expérimentés » de se placer dans les conditions les plus proches de la réalité, sans le stress bien sûr. Ces sorties sur le terrain, dédiées formation, ont permis des échanges beaucoup plus fructueux entre les animateurs et les participants, que lorsqu’elles étaient faites en fin de sortie.

L’ensemble des participants ont pris conscience que c’est utile de les répéter chaque année, et qu’il faut les généraliser l’an prochain à l’ensemble des skieurs de randonnée, y compris aux « non expérimentés », après une formation en salle sur l’utilisation des DVA, dont le fonctionnement est très diversifié d’un modèle à l’autre.

Tout le monde a pris conscience qu’il est utile de répéter chaque année ces « simulations » de sauvetage en autonomie, pour être le plus efficace, tout en espérant ne pas avoir à le vivre en réalité.

 Chaque participant s’est bien investi dans les jeux de rôle, et l’équipe des animateurs les en remercie. L’organisation a bien été suivie, merci à tous et bonne saison.

Difficultés rencontrées :

  • 1. L’organisation de la recherche

Combien faut-il désigner de personnes pour la recherche « primaire » ?

La réponse dépend de l’ampleur de l’avalanche :

  1. la largeur de l’avalanche est limitée en largeur => une seule personne est suffisante pour couvrir l’avalanche en zig-zag (40 m entre les points des triangles),
  2. la largeur de l’avalanche est supérieure à 100 m => plusieurs personnes pour couvrir l’avalanche en ligne droite, et espacées de 40m (et 20 m des bords).
  • 2. Effacement des victimes lors de la recherche primaire

En cas de multi victimes, tous les DVA n’ont pas cette fonctionnalité, toutes les personnes susceptibles d’être le leader de la recherche (c’est-à-dire tous les skieurs de randonnée) doivent connaître le fonctionnement des DVA les plus courants (d’où l’intérêt de la formation en salle). Cette fonctionnalité est actionnable dans la zone des 3m par un bouton rouge en forme de drapeau sur les DVA : Evo4, Evo5 et NEO.
Sur d’autres modèles de DVA c’est différent => lire la notice * de son DVA.

  • 3. DVA qui reviennent « intempestivement » en émission

Il s’agit des DVA de type : Evolution+, Evo3, Evo3+ et Evo4. En effet le bouton qui permet de sélectionner émission / réception peut revenir en arrière (mode émission) lors de recherche fine (méthode en croix) du fait que le DVA est sous les vêtements, et qu’il est difficile de le sortir => il est fortement recommandé d’utiliser un holster (pochette avec un élastique) pour les DVA cités ci-dessus.

  • 4. DVA qui reviennent automatiquement en émission en cas d’inactivité

Il s’agit des DVA de type : Mammut, NEO, Tracker. Cette fonctionnalité sert en cas de sur-avalanche, et est paramétrable => bien lire la notice* de son DVA.

  • 5. Déplier la sonde

Pour déplier sa sonde rapidement cela nécessite un entraînement préalable chez soi pour vérifier que le noeud est au bon endroit pour en assurer la rigidité ou que le mécanisme de blocage est bien fonctionnel.

* Les notices des DVA les plus repandus sont sur le site : menus Activité > Ski de randonnée > Les indispensables.

Quelques phases de la recherche en images.